La détox tient-elle vraiment toutes ses promesses ?

Cher lecteur, chère lectrice,

️🎶️🎤 Le printemps est arrivé, sors de ta maison. Le printemps est arrivé, la belle saison ! ♫♪ chantait Michel Fugain dans les années 70. Toute ma jeunesse ! J’ai donc profité de ce judicieux conseil d’artiste et des premiers jours de cette saison supposée ensoleillée pour mettre le nez dehors.

Mais l’expérience qui s’annonçait heureuse et revigorante a vite dégénéré. Maux de gorge, démangeaisons multiples et surtout crises d’éternuement et rhume des foins, je crois que j’ai développé une réaction allergique aux pollens qui pullulent en cette « belle » mais satanée saison.

Il paraît que l’affection touche entre 10 et 40 % de la population mais que les personnes allergiques ne le sont pas forcément à tous les types de pollen (arbres, graminées ou herbacées).

En tout cas, j’ai pris les choses en main pour réaliser mon grand « nettoyage de printemps » personnel. Oui, c’est cela, je l’ai pratiqué sur moi-même ou plutôt « dans » moi-même : un bonne détox printanière !

Il faut bien dire que jadis, nos arrière-grand-mères profitaient des premiers beaux jours pour faire le grand ménage dans leur maison. Elles ouvraient grand les fenêtres, dépendaient et lavaient les rideaux, battaient les tapis… Les premiers rayons du soleil leur donnaient l’envie de chasser l’hiver, sa poussière, son atmosphère intérieure confinée…, et de faire entrer l’air frais et pur dans la maison.

Elles avaient raison ! Du milieu de l’automne à la fin de l’hiver (selon les régions et la météo de l’année), nous modifions notre relation à l’espace. Nous passons plus de temps à l’intérieur (la nuit tombe plus tôt), nous aérons moins (il fait frisquet dehors et le chauffage coûte cher)… Sans vraiment en avoir conscience, nous traitons notre propre organisme de la même manière.

Pendant la mauvaise saison, nous mangeons un peu plus en quantité, nous préférons les plats plus roboratifs (donc plus gras et/ou sucrés). Nous bougeons moins, nous respirons un air plus confiné… Lorsque pointent les premiers beaux jours, notre organisme a  besoin, lui aussi, d’un « grand ménage ». C’est ce que propose la détox de printemps.

L’idée a traversé siècles et continents

La détox n’est pas vraiment une nouveauté. Toutes les traditions intègrent, dans leurs préceptes de vie, des périodes de restriction alimentaires voire de jeûne. Ces parenthèses sont destinées à purifier à la fois le corps et l’esprit, comme le carême des chrétiens ou le ramadan des musulmans.

De la même manière, les initiations propres aux traditions orientales associent des périodes de jeûne et des méditation, toujours dans le même but : « nettoyer » de leurs impuretés à la fois le corps physique et le mental.

Les philosophes occidentaux ont également prôné la tempérance alimentaire, depuis les Épicuriens de la Grèce antique, jusqu’à Nietzsche, qui écrivait : « il est une question dont le salut de l’humanité dépend beaucoup plus que n’importe quelle subtilité de théologien, c’est celle du régime alimentaire ».

Et aujourd’hui, il est impossible de penser « alimentation saine » sans penser aussi « détox », tant notre vie moderne augmente la quantité de polluants qui encombrent nos organismes.

🌱Au printemps, la nature se réveille…

Notre besoin de nettoyage fait écho aux modifications que connaît la nature à cette période de l’année. Après l’engourdissement des mois d’hiver, l’énergie se réveille, la sève monte dans les arbres, les bourgeons apparaissent, les animaux sortent de leur terrier…

La médecine traditionnelle chinoise considère l’énergie du printemps comme étant porteuse d’évolution, de transformation, de changement. Dans notre corps comme tout autour de nous.

En médecine chinoise, le printemps est associé à un organe majeur : le foie. C’est à cette période de l’année que son activité a besoin d’être soutenue par des conseils alimentaires, des plantes, des exercices énergétiques…

C’est également ce que propose la détox de printemps. Car pendant l’hiver, les toxines se sont accumulées dans notre organisme, en particulier dans notre foie, plus encore que pendant le reste de l’année.

D’abord, les toxines métaboliques. Elles sont un produit naturel de notre fonctionnement cellulaire : urée, acide urique… Elles sont normalement évacuées chaque jour par voie urinaire, après avoir été « traitées » par le foie. En hiver, nos repas, plus copieux, génèrent davantage de toxines, lesquelles sont moins bien éliminées à cause de notre sédentarité. S’ajoutent à cela les innombrables polluants que nous avalons (colorants, additifs chimiques, pesticides…) et que nous respirons (gaz polluants, émanations de produits d’entretien…).

Pour profiter à plein de l’énergie renaissante du printemps, il faut donner un petit coup de pouce au corps, en commençant par le couple foie-reins dont l’activité est si importante au niveau de l’élimination toxinique. Au programme, aliments et plantes drainants, mais aussi activité physique, respiration et techniques antistress (voir interview ci-dessous).

Trois questions à Yann Rougier

yannrougier300
« Pour être efficace, la détox doit s’adresser à chaque cellule !’

Qu’est-ce qu’une bonne détox de printemps ?

Dr Rougier : Quand on pense détox, on pense souvent aux aliments et aux plantes qui drainent les organes, aux jus d’herbes, aux vitamines et minéraux… C’est bien mais ce n’est pas suffisant. Pour qu’une détox de printemps soit vraiment efficace à long terme, il faut y ajouter d’autres gestes qui permettront aux cellules d’atteindre leur équilibre et d’utiliser correctement tous les nutriments essentiels.

La détox la plus importante se situe ainsi en amont des problèmes d’intoxination latente, avant que les organes émonctoires  (foie, tube digestif, reins, poumons et peau) soient dépassés par leur tâche. Car tant qu’ils fonctionnent correctement, ils sont capables d’éliminer au fur et à mesure les pollutions internes et externes auxquelles nous sommes soumis, même lorsqu’elles sont abondantes. Et lorsque ces organes peinent un peu, un petit coup de pouce suffit pour qu’ils retrouvent toute leur efficacité.

Fondamentalement, l’être humain est une machine à produire de l’énergie. Nos cellules ne peuvent exister, au départ, que dans la production d’énergie sans laquelle il n’y aurait pas de vie. Notre énergie corporelle est générée au cœur de chacune de nos cellules, dans un petit métabolite discret : la mitochondrie. C’est là que l’oxygène fourni par la respiration s’associe aux sucres (et dans une moindre mesure aux graisses) pour produire l’ATP (adénosine triphosphate). Cette opération génère aussi du gaz carbonique et de la vapeur d’eau qui doivent être évacués. C’est sous forme d’ATP que la cellule produit son énergie. Et pour cela, il lui faut recevoir suffisamment de matières premières, à commencer par l’oxygène.

L’oxygène serait donc l’un de nos nutriments essentiels ?

Dr Rougier : Pas tout à fait. L’oxygène est important non par ce qu’il nous apporte, mais par les réactions qu’il provoque dans les cellules. Sans lui, nos cellules ne pourraient pas produire le précieux ATP. Elles n’auraient donc pas l’énergie dont elles ont besoin. Mais pour que cet apport en oxygène soit suffisant, il faut que le système cardio-pulmonaire fonctionne bien. Or, la pression nerveuse et émotionnelle (idées noires, émotions perturbantes, tensions relationnelles, soucis professionnels…) entrave notre respiration qui devient plus superficielle et moins efficace. L’oxygène arrive aux cellules en quantité moindre. Le gaz carbonique s’accumule, ce qui produit une auto-intoxication pulmonaire entravant la production d’énergie par les cellules.

Heureusement, la parade est simple. Un simple exercice respiratoire d’une à deux minutes suffit pour augmenter de 20% à la fois l’apport en oxygène et l’élimination du gaz carbonique. Cette élimination est très importante, car le gaz carbonique est, en plus, très acidifiant. Lorsque notre milieu intérieur est trop acide, le fonctionnement cellulaire se déséquilibre et le terrain inflammatoire se réveille. Tous nos organes en souffrent. Au niveau du foie, les transformations sont moins performantes ; les mitochondries ont plus de mal à utiliser l’oxygène qu’elles reçoivent ; les radicaux libres sont produits en plus grande quantité…  Une réaction en chaîne aux effets dévastateurs.

La respiration devient ainsi un outil central de la détox, en association avec les autres gestes mieux connus (alimentation, plantes…). D’un côté, elle améliore le fonctionnement cellulaire ; d’un autre, elle favorise une bonne élimination du gaz carbonique et prévient l’excès d’acidité. Un préalable indispensable pour que nos organes émonctoires ne soient pas dépassés. Sans oublier l’effet antistress direct de la respiration. Lorsqu’on focalise son attention sur son souffle, très vite, la pression reflue.

Il existe d’autres outils permettant de faire baisser le niveau de stress, et il ne faut surtout pas s’en priver. Je conseille généralement d’associer aux périodes de détox un complément alimentaire antistress. Ces produits renferment souvent des minéraux (surtout le magnésium), des vitamines (notamment D et C), et des plantes apaisantes (aubépine, passiflore, escholtzia…). Une cure de trois semaines, au début de chaque saison, permet de cultiver ce calme intérieur indispensable à la détox. Les techniques antistress ont également un rôle important à jouer : méditation de pleine conscience, training autogène, relaxations dirigées…

Vous parlez aussi de chélation : de quoi s’agit-il ?

Dr Rougier : Nous sommes intoxiqués par nos propres polluants intérieurs liés au métabolisme des protéines, graisses et sucres, ce qui nous pousse à focaliser toute notre attention sur les organes émonctoires majeurs (foie, intestin, reins). C’est important. Mais cela ne suffit pas. Nous absorbons aussi beaucoup de polluants extérieurs (gaz d’échappements, polluants atmosphériques…), qui contiennent des métaux lourds toxiques comme le plomb ou le cadmium. Or, notre métabolisme n’est pas équipé pour éliminer ces substances. Elles s’accumulent progressivement dans les tissus et finissent parfois par asphyxier des groupes cellulaires.

La chélation est un procédé qui permet au corps de se débarrasser de ces métaux lourds toxiques au fur et à mesure. Il existe pour cela des produits naturels « chélateurs », comme la spiruline, la chlorella et  la klamath. Ces trois algues d’eau douce ont la particularité de « capter » les métaux lourds et de les accompagner vers la sortie. Dans les compléments alimentaires chélateurs, on trouve aussi souvent deux extraits alimentaires très puissants : la L. méthionine et la L. cystéine. Ce sont deux acides aminés soufrés, qui ont un pouvoir de chélation important. Ils sont généralement associés à de la vitamine C et de la vitamine E).

La détox est une idée très ancienne, ce qui ne l’empêche pas d’évoluer en permanence. La détox du XXIème siècle prend en compte ce qu’il y a en amont de l’auto-intoxication du corps. Oui, il faut faire attention à ce qu’on mange. Oui, il est bon d’intégrer périodiquement une supplémentation nutritionnelle. Oui, les plantes drainantes soutiennent l’activité des organes émonctoires. Mais avant cela, il faut que l’énergie fondamentale du corps, l’ATP, soit vraiment performante. Et ça, c’est le domaine des neurosciences !

Quand les végétaux nous aident à chasser les toxines

Le printemps est la période idéale pour offrir à votre corps un régal de végétaux crus et cuits. Vous multiplierez les apports en vitamines, minéraux et fibres. En choisissant ceux-ci, vous profiterez en plus de leur action spécifique sur les deux organes émonctoires majeurs : le foie et les reins.

  • La fraise. 🍓
    C’est LE fruit du printemps. Elle c40121e7-8db7-4707-8bc7-dddd5e69936bapparaît sur les marchés en même temps que les premiers bourgeons, et c’est tant mieux. La fraise est riche en eau et en potassium, ce qui la rend diurétique. Mais ce n’est pas le principal. Elle renferme des substances particulières qui agissent sur les cellules hépatiques et stimulent leur régénération. Elle contient aussi des fibres douces qui améliorent le transit, et de la vitamine C stimulante. Un beau programme ! Profitez de la saison pour faire le plein de fraises, sans les noyer sous le sucre et la crème bien sûr.
  • L’asperge.
    Elle fait également son apparition 31bc4296-bc6c-4beb-96bc-84524bd7a408avec les beaux jours. L’asperge est un draineur rénal exceptionnel. Elle augmente la production urinaire, favorise son élimination et draine les toxines rénales. L’asperge se cuisine facilement : petites vertes ou grosses violettes, elles se cuisent à la vapeur et se dégustent avec un filet de jus de citron et d’huile d’olive.
  • L’artichaut.
    C’est l’aliment 8544ecfe-5745-4e6c-aa89-94e21c0c46a1idéal pour nettoyer votre foie en profondeur. Les artichauts arrivent sur les étals un peu plus tard que les deux végétaux précédents (à partir de mai). Guettez-les. L’artichaut débarrasse le foie des déchets qui l’encombrent, augmente la production de bile et favorise son évacuation dans le tube digestif. L’artichaut-aliment n’est autre que le bouton floral de la plante elle-même, dont on utilise les feuilles en phytothérapie (voir ci-dessous). Cuisez-les également à la vapeur, et assaisonnez-les d’un peu d’huile végétale bio et d’un jus de citron ou d’un trait de vinaigre de cidre.
  • Le radis noir.
    Sa saveur, très amère, ne plaît 49bd1ed4-7a9b-4642-a2fd-f59d0e0695d6pas à tout le monde. C’est dommage, car le radis noir est vraiment le meilleur ami du foie. Il a un effet proche de celui de l’artichaut, mais plus intense. Alors essayez de mélanger du radis noir râpé dans vos carottes (la douceur de cette dernière atténue l’amertume du premier), intégrez des petits cubes dans vos purées de légumes (il se marie bien avec la courgette ou la patate douce).
  • Le pissenlit.
    Cette petite salade sauvage  est 374c84f3-2c39-4986-9d9f-a7f724a8966dundraineur hépatique exceptionnel. Le pissenlit augmente la production de bile et favorise son évacuation. Il est, en plus, légèrement diurétique et ses fibres douces améliorent le transit. Hélas, la saison des pissenlits est courte. Alors traquez-les sur les marchés, et dégustez-les crus (avec un œuf mollet par exemple) ou cuits (à l’étouffée, comme des épinards).
  • Le concombreae37c628-802a-474f-92ad-e816133935a2
    C’est le champion de l’élimination rénale. Le concombre est composé
    à plus de 96% d’eau ! Comme cette eau est associée à beaucoup de potassium, le concombre active l’élimination rénale. C’est son principal intérêt. En été, si vous avez du mal à augmenter votre consommation quotidienne d’eau, mangez du concombre. Il est très désaltérant.
  • Le melon. 🍈
    Fruit d’été par excellence, le melon est 8f3511ff-0c29-4d98-8ebc-f2986523c266également riche en eau et en potassium. Il est donc diurétique. Un excellent complément pour les végétaux qui drainent le foie, car il faut bien éliminer par voie rénale les toxines que cet organe a éliminées. Lorsque vous tombez sur un melon peu goûteux, essayez de le faire rapidement poêler (2 à 3 mn) dans un peu d’huile d’olive, avec du sel et du poivre. Parfait pour accompagner un blanc de poulet ou un filet de poisson.
  • Le fenouil.a5722249-f95c-40a0-8f5b-51418a738527
    Si le céleri est un aliment drainant d’hiver, le fenouil est son cousin d’été. Il est riche en eau et en potassium, ce qui le rend diurétique. Cru ou cuit, il offre sa saveur délicatement anisée qui se marie facilement avec les autres légumes.


🍵 L’effet tisane

Impossible de parler détox de printemps sans dire un mot des tisanes. Les plantes médicinales ont beaucoup à nous offrir dans de nombreux domaines. Certaines ont des vertus particulièrement utiles pour chasser les toxines.

Pour le foie, les plantes cholérétiques et cholagogues. Elles agissent directement sur le foie, en augmentant la production de bile et/ou en facilitant son évacuation dans le tube digestif. Or, la bile est l’une des voies qu’utilise le foie pour se débarrasser de certaines toxines.

  • L’artichaut (feuilles) contient de la cynarine, des tanins et des enzymes qui stimulent le foie. Attention : sa saveur est très amère. Si vous ne la supportez pas, consommez-le en gélules, avec un grand verre d’eau.
  • Le boldo est, lui aussi, hépato-stimulant. Il a une action bénéfique sur toute la sphère digestive.
  • Le romarin stimule la production et l’élimination de la bile, et chasse les ballonnements. Vous pouvez aussi l’utiliser en cuisine.
  • Le chardon-marie, que l’on consommait déjà dans l’Antiquité pour son effet sur la digestion. Le chardon-marie renferme de la silymarine, qui stimule la régénération des cellules hépatiques.

Pour les reins, les plantes diurétiques. Elles activent la production et l’élimination de l’urine. Un complément indispensable aux précédentes pour chasser définitivement les toxines hors du corps.

  • L’orthosiphon est une plante exotique puissamment diurétique. On la trouve difficilement en vrac. Mieux vaut la consommer en gélules, avec un grand verre d’eau.
  • La reine-des-prés est plus délicate. Mais elle est particulièrement efficace pour éliminer l’excès d’acide urique.
  • La piloselle agit à deux niveaux. Elle stimule l’élimination rénale, « nettoie » les reins de leurs toxines, et en prime, augmente la production de bile par le foie. Une vraie amie détox du printemps.

Pour le corps tout entier, les plantes antistress. Lutter contre le stress fait partie intégrante de la détox de printemps (voir interview ci-dessus). En plus de vos exercices respiratoires et de vos pratiques de détente nerveuse, offrez-vous une petite cure de plantes antistress : passiflore, camomille, tilleul, lavande, marjolaine…  Si vous prenez l’habitude de vous préparer une tisane le soir, après le dîner, vous instaurerez un rituel qui favorisera la détente. Votre sommeil n’en sera que plus paisible.

Quelles que soient les plantes que vous choisissez, privilégiez autant que possible la tisane, qui vous conduira à absorber davantage de liquide (c’est autant de gagner pour vos organes émonctoires qui en ont bien besoin). Lorsque vous optez pour les plantes en gélules, prenez-les avec un grand verre d’eau.

Pour préparer votre tisane, versez ½ cuillerée à soupe de plante séchée dans un bol d’eau bouillante, et laissez infuser 5 minutes avant de filtrer.

Annonce spéciale

0000103_elimination-hibiscus-queues-de-ceriseActinutrition® Élimination est un complément alimentaire fabriqué en France sous forme de draineur minceur de 500 ml avec bouchon doseur à diluer dans de l’eau, pour toutes les personnes faisant de la rétention d’eau et désireuses de favoriser son élimination.

Bénéficiant de l’A.C.E. BioTechnology®*, Actinutrition® Élimination :

  • favorise l’élimination rénale de l’eau grâce au thé vert, à l’hibiscus, aux queues de cerises et au pissenlit
  • a un effet diurétique grâce à l’hibiscus
  • contribue à réduire la fatigue grâce aux vitamines B2, B3, B5 et B9.

240_f_32348997_qzz7fofkjfubzlavtqyl5cm70wea1hji

Suite de la lettre :

👍🔟💪 Votre cure de dix jours 👍🔟💪

Voici quelques gestes détox qui vous feront le plus grand bien au printemps, pour peu que vous les répétiez pendant au moins dix jours. Le but de cette cure : aider votre foie à se débarrasser des déchets qui l’encombrent, tout en facilitant la production et l’évacuation de la bile ; soutenir l’activité de vos reins afin qu’ils parviennent à éliminer définitivement ces toxines et ces polluants ; renforcer, en douceur, votre activité physique et votre respiration.

Le matin au réveil

  • Buvez un verre de jus de gingembre et citron, allongé d’eau.
  • Passez à la centrifugeuse un morceau de racine de gingembre, ajoutez le jus d’un demi-citron et complétez avec de l’eau de source à température ambiante. Ce jus draine le foie et favorise la production de bile.

Au petit-déjeuner

  • Misez sur les fraises, les meilleures amies de votre foie (voir ci-dessus).  C’est la pleine saison, profitez-en !
  • Dégustez un bol de fraises crues, non sucrées. Pour changer, vous pouvez aussi manger un demi-pamplemousse, un demi-melon, un bol de cerises…
  • Ajoutez une boisson chaude et un yaourt qui rééquilibrera la flore intestinale.

Après le petit-déjeuner

  • C’est le moment idéal pour effectuer un exercice respiratoire (voir l’interview ci-dessus) qui oxygènera votre organisme et fera tomber toute pression nerveuse.
  • Asseyez-vous sur une chaise, sur le bord de votre lit.
  • Gardez le dos bien droit, la nuque dans le prolongement de la colonne vertébrale, les épaules détendues. Vos mains sont posées sur vos cuisses.
  • Fermez les yeux et poussez un profond soupir (par la bouche).
  • Puis inspirez lentement par le nez, en comptant lentement jusqu’à 6. Gonflez d’abord votre ventre, puis votre thorax.
  • Lorsque vos poumons sont pleins, commencez immédiatement à expirez, sans temps de pause. Votre respiration doit être comme une boucle ininterrompue, comme le flux et le reflux des vagues sur la grève, vivifiante et puissante.
  • Expirez lentement en comptant jusqu’à 6, en vidant d’abord votre cage thoracique, puis votre abdomen (contractez légèrement vos muscles abdominaux).
  • Puis inspirez à nouveau, sans temps de pause.
  • Continuez ainsi pendant 5 minutes, en gardant vos pensées bien concentrées sur votre souffle (environ 20 à 25 respirations complètes).

Dans la matinée

  • Votre foie a besoin d’eau. N’oubliez pas de boire régulièrement, de préférence une eau riche en bicarbonate pendant la durée de la cure (le reste du temps, préférez une eau de source peu minéralisée).
  • Suivez votre soif. Et si cette sensation n’est pas fréquente chez vous, planifiez quelques verres : pas trop grands, car il n’est pas agréable de boire beaucoup quand on n’a pas soif, mais suffisamment fréquents (toutes les heures).
  • Dans la journée, vous boirez ainsi entre 1 et 1,5 litre d’eau. Une bonne habitude à conserver bien au-delà de votre cure détox.

Au déjeuner

  • Evitez les aliments gras qui ralentissent votre digestion et demandent un surcroît de travail à votre foie.
  • Organisez votre repas autour de fruits et légumes frais, cuits et/ou crus, en mettant l’accent sur les végétaux drainants de saison (voir plus haut).
  • Ajoutez un aliment protéiné peu gras (blanc de poulet, filet de poisson…), et une céréale complète (tranche de pain complet, riz brun, pâtes complètes).
  • Cuisez de préférence à la vapeur ou à four tiède, et assaisonnez avec des huiles végétales crues, du jus de citron, des aromates et des épices.
  • Terminez par un fruit frais ou un yaourt.

Dans l’après-midi

  • Buvez un bol de tisane drainante. Vous avez le choix : reine-des-prés (pour augmenter l’élimination rénale), boldo (pour soutenir l’activité du foie)…
  • Vous pouvez aussi faire préparer par votre pharmacien ou votre herboriste un mélange à parts égales de graines de fenouil, feuilles de sauge et étoiles de badiane. Ce mélange est très efficace.
  • Versez un bol d’eau de source dans une casserole, et ajoutez une demi-cuillerée à soupe du mélange. Faites chauffer et laissez frissonner 3 minutes. Puis retirez du feu et laissez infuser encore 3 minutes avant de filtrer.
  • Buvez votre tisane par petites gorgées.

En fin d’après-midi

  • C’est le moment idéal pour faire un peu d’exercice, à condition que vous terminiez avant 19 h. L’activité physique fait grimper la température corporelle. Or, celle-ci a besoin de redescendre lentement jusqu’au moment de l’endormissement, qui intervient lorsqu’elle est basse.
  • Si vous n’avez pas l’habitude de pratiquer un sport, optez pour une demi-heure de marche rapide, en essayant de caler votre respiration sur le rythme de vos pas.
  • N’oubliez de boire de l’eau avant, pendant et après votre plage d’exercice physique.

Au dîner

  • Composez votre repas du soir comme celui de midi, sans aliment protéiné (une seule source de protéines par jour est largement suffisante).

Après le dîner

  • Massez votre ventre avec de l’huile essentielle d’estragon.
  • Versez 3 gouttes dans deux cuillerées à soupe d’huile de base, puis massez tout votre ventre, en tournant dans le sens des aiguilles d’une montre.
  • Insistez sur la région du foie, qui se trouve juste sous vos côtes droites.
  • Ensuite, dégustez une tisane apaisante : aubépine, passiflore, lavande, mélisse…
  • Vous pouvez aussi demander à votre pharmacien de vous préparer un mélange, à parts égales,  de véronique, tilleul et camomille. Versez une demi-cuillerée à soupe dans un bol d’eau bouillante, et laissez infuser 5 minutes avant de filtrer. Buvez à petites gorgées.

Juste avant de vous coucher

  • Offrez-vous 5 minutes de détente en répétant l’exercice respiratoire du matin. Vous pouvez aussi pratiquer un exercice de détente (relaxation, méditation…). C’est le bon moment.

Faites durer cette cure au moins 10 jours, et au plus trois semaines. Ajoutez-y un complément alimentaires antistress et un produit chélateur (voir interview ci-dessus). Vous attaquerez l’été en pleine forme !

Une note pour conclure

Evidemment, il est important de vous prévenir, la formule Élimination de Actinutrition dont je vous parle dans cette lettre, n’est pas un produit-miracle : les personnes réagissent de différentes façons à ces solutions drainantes, diurétiques et anti-rétention d’eau.

Gardez toujours à l’esprit comme le signale notre expert dans cette lettre qu’une alimentation saine, variée et équilibrée reste le point de départ de toute démarche d’élimination des pollutions internes à l’organisme, en particulier une détoxination. Par ailleurs, la consommation d’une boisson minceur drainante comme Élimination de Actinutrition sera plus efficace si vous la complétez par la prise d’oméga-3 et d’un bon multivitamines.

Ces gestes simples font partie de l’hygiène de vie quels que soient votre façon de vivre et vos éventuels problèmes de santé, donc s’ils ne vous font pas immédiatement du bien, ils ne vous feront en tout cas pas de mal. Je vous laisse donc l’adresse si vous souhaitez vous procurer Élimination de Actinutrition : vous pouvez cliquer ici.

Bien à vous,

Philippe Monteiro Da Rocha

PS : Les produits que nous recommandons sont sélectionnés selon des critères stricts de composition, d’ingrédients et de qualité de fabrication.

Webinaires ACTInutrition

 

Vous pouvez revoir tous nos webinaires détox, minceur et santé  en vous abonnant à notre chaîne YouTube ici.

Et surtout, cliquez-ICI pour participer au prochain webinaire :

240_f_33270897_ftph235hvvrxiwhdr2kfzi4ohuzjqirw

Pour être sûr de ne pas rater le prochain webinaire avec le Dr Rougier, suivez-nous sur Facebook.

>> Retrouvez tous nos webinaires : Les Webinaires en direct d’ACTInutrition

* Le coeur de formule unique, le complexe « A.C.E BioTechnology® » permet la meilleure assimilation possible des différents nutriments pour garantir une efficacité plus ciblée et renforcée dans l’organisme.

Les informations de cette lettre d’information sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de cette lettre, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être. L’éditeur n’est pas un fournisseur de soins médicaux homologués. L’éditeur de cette lettre d’information ne pratique à aucun titre la médecine lui-même, ni aucune autre profession thérapeutique, et s’interdit formellement d’entrer dans une relation de praticien de santé vis-à-vis de malades avec ses lecteurs. Aucune des informations ou de produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s