Cher lecteur, chère lectrice,

 

J’ai commencé à ressentir ce qu’on appelle le symptôme des jambes lourdes au début de cette année, juste après Noël. Je n’ai pas tout de suite réalisé de quoi il s’agissait ; ces sensations désagréables de fourmillements et d’engourdissement au niveau des jambes.

 

Vous aussi, ça vous dit quelque chose ?

Peut-être que oui car selon l’INSEE, une femme sur deux et un homme sur quatre se plaignent de lourdeurs et de douleurs dans les jambes (étude de 2013).

 

Comme, au travail, je passe le plus clair de mon temps assis à mon bureau, j’y ai vu au départ un lien évident de cause à effet. Mais lorsque j’ai évoqué le sujet pour la première fois avec mon médecin, je suis tombé des nues : « Mais c’est normal, c’est une question d’âge.”, m’a-t-il répondu. “A 50 ans, vos veines ont vieilli. Elles fonctionnent moins bien et votre sang circule moins bien lui-aussi… »

 

Alors j’ai décidé – vous commencez à me connaître – de mener ma propre enquête. Et je suis heureux de la partager avec vous aujourd’hui car j’ai trouvé pas mal de solutions pratiques qui peuvent vous intéresser vous aussi !

pubjambeslegeres

Souvent, cette sensation désagréable d’avoir les jambes lourdes, gonflées en fin de journée (voire carrément douloureuses) apparaît avec les beaux jours.

 

Ces manifestations sont d’autant plus intenses qu’il fait chaud. La nuit, des crampes vous réveillent parfois, accompagnées de fourmillements très pénibles. Des petites veines bleues peuvent apparaître sous la peau.

 

Disons-le tout de suite : cette sensation de jambes lourdes n’est pas dénuée de fondements. La médecine parle, pour désigner cet ensemble de symptômes,  « d’insuffisance veineuse ».  

 

Il s’agit d’un trouble circulatoire assez courant, surtout chez les femmes. Environ 70% d’entre elles seraient concernées. Cela ne signifie pas que l’insuffisance veineuse ne touche jamais les hommes. Mais ce trouble se décline le plus souvent au féminin. En tout, ce sont quelques 18 millions de personnes qui en souffrent.

 

Pourquoi les jambes lourdes ?

 

Il s’agit, nous l’avons dit, d’un trouble circulatoire. Revenons donc un peu en arrière pour comprendre comment le sang circule depuis le cœur et revient jusqu’à lui après sa ronde dans l’organisme.

 

A chaque fois que le cœur bat, il propulse le sang « propre », chargé en oxygène et en nutriments, dans le réseau artériel : les grosses artères, puis les plus petites jusqu’aux fines artérioles. Ce sang s’est auparavant débarrassé de ses déchets, notamment le gaz carbonique dont il s’est délesté par un bref passage dans les poumons. Au cours de son périple, ce sang rouge vif se charge progressivement en déchets métaboliques et en gaz carbonique. Il prend alors une teinte plus sombre.

 

Parvenu jusque dans le bas du corps, ce sang « sale » doit remonter en empruntant le système veineux. Pour cela il doit lutter contre la gravité. Pas facile ! Mais il dispose d’une aide précieuse : les veines sont munies de petits clapets, les valvules, qui empêchent le sang de refluer au fur et à mesure de son avancée vers le cœur. Ce système est aidé par les contractions musculaires du mollet.

 

L’insuffisance veineuse est due au mauvais fonctionnement de ces valvules. Lorsqu’elles ne sont plus étanches, le sang reflue jusque dans les petites veines. On parle alors de « stase veineuse ». Ce phénomène touche surtout le bas du corps. Les jambes sont donc concernées au premier chef.

 

Ce problème veineux se double souvent d’un ralentissement de la circulation lymphatique. La lymphe est un liquide blanchâtre, chargée de déchets, qui circule elle aussi du bas du corps vers le haut, dans un réseau parallèle au réseau sanguin. Elle rencontre les mêmes difficultés que le sang veineux pour lutter contre la gravité, et dispose d’un système anti-reflux comparable.

 

Sa circulation devient parfois difficile, soit que la lymphe soit trop épaisse et visqueuse (c’est ce qui se passe lorsque l’organisme est très encombré par les déchets et les toxines), soit que les clapets anti-reflux du réseau lymphatique fonctionnent mal. Ce ralentissement provoque des œdèmes des chevilles et des jambes.

 

Les « jambes lourdes » n’ont rien de dangereux en elles-mêmes, même si elles sont très désagréables. Cependant, lorsqu’on laisse l’insuffisance veineuse s’installer, cela peut finir par dégénérer. Les parois veineuses, soumises à une pression inhabituelle, s’abîment. Des varices peuvent apparaître, voire, à terme,  des ulcères variqueux ou un risque de phlébite. C’est pourquoi il vaut mieux trouver rapidement des parades qui vous rendront la vie plus légère et préviendront ces complications. Heureusement, des solutions naturelles existent…

 

Et les varices ?

 

Tous celles et ceux qui souffrent de jambes lourdes ne verront pas ces grosses veines dures apparaître sur leurs membres inférieurs. Pourtant, c’est l’une des premières conséquences de l’insuffisance veineuse de retour.

 

Une varice, c’est une dilatation permanente d’une veine, associée à un durcissement de sa paroi. Les varices peuvent siéger en d’autres endroits du corps, comme le canal anal (on parle alors d’hémorroïdes).  Mais les plus fréquents siègent sur les jambes. Elles se présentent comme une sorte de cordon bleuâtre sinuant juste sous la peau, dur au toucher.

 

Ces varices touchent les veines de surface ayant un diamètre supérieur à 3 mm. Elles sont inesthétiques, augmentent sensation de lourdeur et intensifient  douleurs, crampes et fourmillements. Cela s’explique par le fait que le sang a tendance à refluer dans cette portion veineuse à cause de la rigidité de la paroi, ce qui augmente globalement le phénomène veineux.

 

Dans la grande majorité des cas, ces varices ne sont pas graves. Elles ne sont que la suite logique de l’insuffisance veineuse. Mais avec le temps, une dermite peut apparaître sur la varice et la peau brunit. Parfois, de véritables plaies apparaissent : les ulcères variqueux, très sensibles aux germes. Des soins locaux permettent d’atténuer ces manifestations secondaires et à éviter les surinfections.

 

Voilà pour les complications les plus courantes et banales. Mais il arrive aussi que les varices évoluent en phlébite : un caillot se forme et bouche la veine, partiellement ou complètement. Cette phlébite de surface soit être surveillée de près, car elle est souvent révélatrice d’une atteinte plus profonde. Enfin, la paroi veineuse endommagée au niveau de la varice peut se rompre, ce qui provoque un épanchement de sang parfois important dans les tissus. Mais ces complications restent peu nombreuses au regard de grand nombre de personnes  porteuses de varices banales.

 

Qui sont les personnes « à risque » ?

 

Certaines (et certains) conservent jusqu’à un âge avancé des jambes de gazelle et des chevilles fines quand d’autres les voient enfler au fil des années, parfois dès l’âge de 30 ans. C’est une grande injustice, mais c’est ainsi ! Raison de plus pour agir en amont, surtout si votre famille compte des personnes sujettes à l’insuffisance veineuse.

 

Car l’hérédité joue un rôle, comme c’est très souvent le cas. Lorsqu’on a un parent touché, le risque augmente de plus de 40%, davantage pour les femmes que pour les hommes. En cause : les hormones. Les œstrogènes féminins augmentent la rétention d’eau dans les tissus, ce qui amplifie les phénomènes qui conduisent aux jambes lourdes. Certes, la progestérone à laquelle ils sont associés neutralise cet effet « gonflement ». Mais au cours du cycle, les proportions de ces deux hormones complémentaires varient considérablement. C’est ce qui explique que les symptômes soient plus intenses dans les quelques jours qui précèdent les règles.

 

Ces variations hormonales expliquent aussi que certaines femmes ne souffrant pas d’insuffisance veineuse en ressentent les effets pendant la grossesse, quand les hormones s’affolent. Il faut alors en parler avec son médecin qui conseillera des solutions adaptés, car certains produits pour naturels qu’ils soient sont déconseillés pendant la grossesse.

 

Pour les mêmes raisons, l’effet « jambes lourdes » augmente au moment de la ménopause chez de nombreuses femmes. Il faut donc y prêter particulièrement attention, surtout lorsqu’on fait partie des personnes à risque sur le plan héréditaire. Mieux vaut prévenir…

 

Parmi les risques, l’excès de poids constitue un facteur aggravant.  Les kilos en trop exercent une pression sur les membres inférieurs (toujours une question de gravité !) qui entrave le retour veineux. Sans compter que le surpoids est souvent associé à des problèmes circulatoires d’origine métaboliques (notamment l’hypercholestérolémie) qui aggravent les risques.

 

Tout le reste est affaire d’hygiène de vie. C’est dans vos habitudes quotidiennes que vous allez puiser les principales solutions, grâce à quelques réajustements simples. Vous y ajouterez quelques plantes à visée circulatoires et quelques huiles essentielles qui soulagent. Enfin, quelques corrections de votre comportement alimentaire vous feront le plus grand bien à long terme (voir ci-dessous l’interview du Dr Rougier).

 

6 règles d’hygiène de vie pour aller mieux au quotidien

 

Votre circulation veineuse a déjà fort à faire pour lutter contre la gravité. Ne lui rendez pas la tâche plus difficile ! Il suffit pour cela que vous fassiez attention à quelques facteurs.

 

 

  • Arrêtez de fumer et de boire de l’alcool. Le tabac est un ennemi de la circulation veineuse. Essayez d’arrêter de fumer ou, au moins, de diminuer votre consommation quotidienne. La fumée de cigarettes contient un nombre impressionnants de polluants que le corps (principalement le foie) doit ensuite gérer. Ce sont autant de déchets qui risquent de saturer aussi votre système lymphatique. Sans compter que le tabac fragilise les parois veineuses.

    La consommation régulière ou importante d’alcool augmente la dilatation artérielle et veineuse. Limitez les doses à deux verres par jour, de vin rouge de bonne qualité qui contient des anti-oxydants protecteurs pour vos parois veineuses (voir ci-dessous l’interview du Dr Rougier.

 

 

  • Evitez les stations debout prolongées. C’est plus facile à dire qu’à faire pour certaines personnes, dont la profession les oblige à rester debout toute la journée et à piétiner sur place, comme les vendeurs/vendeuses dans les magasins ou les métiers de la restauration. Celles-là doivent saisir la moindre occasion de s’assoir, ne serait-ce que quelques minutes, et surtout porter des chaussures adaptées : ni tout à fait plates, ni avec des talons trop hauts (3 à 4 cm constitue une bonne moyenne).

    Il faut aussi éviter de comprimer les jambes dans des bottes serrées en hiver. Le plus souvent, ces chaussures enserrent étroitement le mollet, mais pas la cheville. Du coup, le sang veineux qui a déjà du mal à remonter se trouve doublement entravé dans son périple et reflue vers les chevilles dont l’œdème augmente.

    En revanche, le port de bas de contention est souvent conseillé. Ces bas ressent la jambe de manière anatomiquement conforme, depuis le pied jusqu’au haut de la jambe, ce qui améliore la circulation du bas vers le haut en enserrant la jambe au bon endroit et avec une pression adaptée.

 

 

  • Recherchez la fraîcheur. La chaleur est l’ennemie de vos jambes. Elle dilate les veines et amplifie la stase sanguine et lymphatique.

    Que faire ? Evitez avant tout le chauffage par le sol. C’est le pire pour vos jambes. Dormez dans une chambre où la température reste toujours en-dessous de 20°. Abstenez-vous de prendre des bains chauds. Préférez les douches fraîches, toujours de la cheville vers le genou afin de stimuler la circulation sanguine et lymphatique.

    En été, soulagez vos jambes plusieurs fois par jour avec des compresses glacées ou des massages avec une huile rafraîchissante. En été, Ne vous exposez pas au soleil pendant de longues heures (surtout lorsqu’il est au zénith). Au contraire : marchez plutôt dans l’eau fraîche d’un bord de plage ou d’une rivière dès que vous en avez l’occasion.

 

 

  • Surélevez vos pieds aussi souvent que possible. C’est une bête question de gravité. Votre circulation veineuse est paresseuse ? Stimulez-la un peu ! Il suffit de mettre deux briques ou deux gros livres sous les pieds de votre lit pour imprimer au sommier un léger dénivelé qui favorisera votre circulation sanguine la nuit.

    Pensez aussi aux petits exercices à effectuer en fin de journée. Un exemple : assis au sol, face  un mur, les fesses à une trentaine de centimètres de la cloison. Puis vous vous allongez sur le dos et vous appuyez vos jambes tendues sur le mur. Vous y restez une dizaine de minutes. Si vous répétez l’exercice tous les jours, lorsque vous rentrez chez vous, vous améliorerez votre circulation veineuse naturellement.

    Autre conseil simple : lorsque vous êtes assis, ne croisez jamais les jambes. La pression exercée sur les jambes par cette posture entrave la circulation sanguine. Et lorsque vous devez rester debout, ne balancez pas votre bassin d’un côté puis de l’autre pour répartir le poids de votre corps sur une jambe puis sur l’autre.  Plantez-vous bien en terre, les jambes légèrement écartées et le poids du corps bien positionné au centre. La circulation sanguine et lymphatique dans le bas du corps en sera améliorée.

 

 

  • Marchez, marchez, marchez… C’est l’activité physique n° 1 pour lutter contre les jambes lourdes. Il faut marcher ! Pour plusieurs raisons. D’abord, nous possédons sous la plante du pied comme une pelote de vaisseaux et de nerfs que l’on active en marchant. Cette stimulation améliore le retour veineux. Ensuite, les contractions des muscles du mollet autour des veines et des veinules effectuent une sorte de massage qui soutient ce mouvement ascendant. Enfin, la marche cumule les effets bénéfiques : anti-stress, apaisante, euphorisante, excellente pour les articulations et le système cardiovasculaire dans son ensemble… Mais attention : pour être efficace, la marche doit être pratiquée de manière régulière (au moins 5 fois par semaine), pendant au moins 30 mn (idéalement 45), à un rythme soutenu. Le lèche-vitrine ne compte pas !

 

 

 

  • Faites-vous masser. Si vous souffrez d’œdème (vos jambes et vos chevilles sont enflées), essayez le drainage lymphatique. Ce massage, très codifié dans ses gestes et son déroulement, vise à relancer la circulation lymphatique lorsqu’elle est défaillante. Au passage, les gestes du massage (qui s’effectue du bas vers le haut du corps) incitent la circulation veineuse à suivre le même chemin d’amélioration.

 
0000259_jambes-legeres-vigne-rouge

5 plantes pour soulager vos jambes

La pharmacopée traditionnelle met à votre disposition une panoplie de plantes très efficaces pour stimuler la circulation veineuse. Voici les principales et les plus simples à utiliser, que ce soit par voie orale (tisane) ou en compresses.

 

Le marronnier d’inde : pour améliorer la circulation veineuse

Le marronnier d’Inde est utilisé depuis des siècles pour améliorer la circulation veineuse. On utilise soit le fruit, soit l’écorce séchée. Pour bénéficier des vertus du premier (veinotonique et anti-inflammatoire), mieux vaut vous tourner vers les extraits liquides qui sont efficaces et pratiques. L’écorce (pour fortifier les parois veineuses) peut se préparer en décoction.

  • Les extraits liquides sont distribués en pharmacie ou parapharmacie (en ampoules ou flacon), qui se prennent en cure d’au moins trois semaines. Conformez-vous aux indications figurant sur l’emballage car chaque produit est conditionné et dosé différemment.
  • Pour préparer une décoction d’écorce de marronnier d’Inde, comptez une demi-cuillerée à soupe pour un bol d’eau froide, puis faites bouillir 10 mn avant de filtrer.
  • Vous pouvez boire un bol par jour (la saveur n’est pas agréable, sucrez avec une petite cuillerée de miel)
  • Vous pouvez aussi utiliser cette décoction pour imbiber des compresses que vous poserez sur vos jambes le soir.

 

Le mélilot : pour soulager les symptômes désagréables

Le mélilot fait, lui aussi, partie de notre pharmacopée traditionnelle. Les recherches ont confirmé son effet à la fois veinotonique, lymphotonique et anti-inflammatoire. Un trio de choc pour soulager les jambes lourdes.

  • Le matin, préparez votre infusion pour la journée en versant une demi-cuillerée à soupe de plante séchée (en pharmacie ou herboristerie) dans un litre d’eau bouillante. Laissez infuser 5 mn avant de filtrer.
  • Buvez cette tisane par petites quantités, tout au long de la journée. Procédez par cures de trois semaines, séparées par deux semaines d’interruption.
  • Vous pouvez, cette fois encore, utiliser cette infusion pour imbiber des compresses que vous poserez sur vos jambes le soir.  Ce soin est particulièrement efficace en cas de varices.

 

Le ginkgo biloba : pour stimuler la microcirculation sanguine

On dit de lui qu’il est « le plus vieil arbre du monde ». De fait, c’est un arbre fossile qui n’a pas changé depuis des centaines de milliers d’années. Les feuilles du ginkgo renferment des substances anti-oxydantes et anti-coagulantes qui font merveille pour fluidifier le sang veineux. Elles favorisent particulièrement la microcirculation (dans les plus petites veinules et artérioles).

  • La tisane de ginkgo n’est pas conseillée. Mieux vaut vous tourner vers des extraits secs (en gélule) ou liquides (en ampoule ou flacon).
  • Le ginkgo se prend en cures de trois semaines, à renouveler deux ou trois fois par an.. Pour la posologie, conformez-vous aux indications du fabricant car chaque produit est dosé différemment.
  • Vous pouvez aussi utiliser les extraits liquides pour imbiber des compresses fraîches que vous poserez sur vos jambes le soir.

 

L’hamamélis : pour tonifier vos veines

Les feuilles de cet arbuste contiennent des flavonoïdes et des tanins qui protègent les parois veineuses contre les effets délétères de la stase (veineuse et lymphatique) et contre l’action des radicaux libres. Cette plante soulage aussi les inflammations locales qui provoquent les douleurs.

  • La tisane se prépare avec 1 cuillerée à soupe de feuilles séchées pour un litre d’eau bouillante. Laissez infuser 10 mn avant de filtrer. Buvez le litre dans la journée, par petites quantités. Répétez pendant trois semaines, deux ou trois fois par an.
  • Vous pouvez utiliser la même infusion, rafraîchie, pour imbiber des compresses que vous poserez sur vos jambes pour soulager vos symptômes désagréables.

 

La vigne rouge : pour protéger vos parois veineuses

C’est la bonne vieille vigne, celle que l’on cultive pour fabriquer le vin. Vers la fin de l’été, les feuilles virent au rouge. Elles renferment alors de nombreux anti-oxydants (notamment des flavonoïdes) et des substances qui diminuent la perméabilité des parois veineuses. Plusieurs études (in vivo et in vitro) ont confirmé l’action protectrice de la vigne rouge. Cette plante exerce également un effet tonifiant sur le système veineux dans son ensemble. Ce n’est donc pas un hasard si la vigne rouge est inscrite au palmarès des plantes anti-jambes lourdes depuis des siècles.

  • Pour préparez votre tisane, comptez 1 cuillerée à soupe de feuilles séchées pour un bol d’eau bouillante. Laissez infuser assez longtemps (environ 10 mn) afin que les tanins aient le temps de se diffuser dans l’eau. Ce sont eux qui agissent en priorité sur vos symptômes.
  • Vous pouvez aussi rafraîchir votre infusion puis en imbiber des compresses que vous poserez sur vos jambes douloureuses en fin de journée.
  • On trouve aussi de la vigne rouge en gélules (plante séchée et pulvérisée) ou en extraits liquide (ampoules). Ces conditionnements sont d’un usage plus pratique dans la journée. Réservez la tisane pour le soir et pour vos compresses.

 

Annonce spéciale

Actinutrition® Jambes Légères est un complément alimentaire à base de vigne rouge, baies de sureau, raisin, acérola, vitamines et minéraux et de coenzyme Q10 en gélules permetant d’améliorer la circulation sanguine et de contribuer au fonctionnement normal des vaisseaux sanguins.

actinutrition_jambeslegeres

Bénéficiant de l’A.C.E. BioTechnology®*, Actinutrition® Jambes Légères :

  • améliore la circulation sanguine grâce à la tri-synergie vigne rouge / sureau / procyanidines
  • contribue à lélasticité et à la souplesse des vaisseaux sanguins grâce à l’acérola riche en vitamine C et au coenzyme Q10
  • optimise la formation du sang et de ses composants grâce au fer et à la vitamines B12

 

240_f_32348997_qzz7fofkjfubzlavtqyl5cm70wea1hji

Suite de la lettre :

 

4 huiles essentielles pour « faire circuler »

 

A ces plantes vous ajouterez quelques huiles essentielles. L’avantage de ces extraits de plantes, c’est qu’ils permettent d’effectuer soi-même des massages des jambes, dont ils intensifient les effets. Leurs principes actifs pénètrent alors à travers la barrière de la peau et rejoignent la circulation générale.

Effectuez toujours les mouvements du bas vers le haut : commencez par le pied en insistant sur la plante (notamment sur le creux de la voûte plantaire), puis remontez vers la cheville, la jambe et le genou.  Si vous avez des varices, n’appuyez jamais lorsque vous passez dessus. Gardez la main très légère.

 

Une huile de massage pour alléger les jambes

Trois essences s’associent dans cette préparation : le cyprès de Provence qui stimule la circulation de retour ; le genévrier commun pour renforcer les parois veineuses ; et la menthe poivrée pour son effet rafraîchissant.

  • Dans un flacon sombre ou opaque, versez 10 cl d’huile de callophylle (ou d’onagre). Ajoutez 20 gouttes d’huile essentielle de cyprès de Provence, 20 gouttes d’huile essentielle de menthe poivrée et 20 gouttes d’huile essentiel de genévrier commun. Mélangez bien.
  • Matin et soir, massez vos jambes avec cette huile. Insistez autour des chevilles si elles sont enflées, puis sur les mollets, les genoux et éventuellement des cuisses.
  • Procédez ainsi pendant trois semaines. Recommencez après un mois d’interruption si les symptômes reviennent.

 

Une huile essentielle pour traiter les varices

S’il ne faut pas les masser avec vigueur, les varices bénéficient tout de même de traitements locaux à condition de les effectuer avec précaution. Une huile essentielle est particulièrement indiquée : celle du lentisque pistachier. Elle décongestionne les veines et stimule la circulation (veineuse et lymphatique). Un double effet  bienvenu.

  • L’huile essentielle de lentisque pistachier n’est pas irritante. Vous pouvez donc l’utiliser pure sur la peau. Toutefois, si vous avez l’épiderme très sensible, faites d’abord un essai en versant une goutte sur l’intérieur de votre poignet. Si au bout de 24 h, vous n’avez aucune réaction, c’est que vous pouvez y aller. Sinon, mélangez-la à de l’huile d’arnica (5 gouttes dans une cuillerée à café).
  • Posez 2 gouttes pures (ou un peu du mélange) directement sur la varice, puis frictionnez très délicatement pour faire pénétrer.
  • Répétez 2 à 3 fois par jour pendant deux à trois semaines, puis interrompez pendant une dizaine de jours au moins. Recommencez dès que vos varices vous dérangent.

 

Vous le voyez, c’est dans les petits actes les plus quotidiens que vous trouverez les solutions les plus efficaces contre les jambes lourdes. A cela, vous ajouterez quelques petits réglages alimentaires qui feront le plus grand bien à vos jambes (voir ci-dessous l’interview du Dr Rougier). De quoi les garder, légères, légères… pour très longtemps !

 

Trois questions à Yann Rougier

yannrougier300
« Mangez beaucoup de fruits et légumes frais pour régaler vos parois veineuses !  »

L’alimentation joue-t-elle un rôle dans le phénomène des « jambes lourdes » ?

Dr Rougier : Oui, comme dans tous les autres domaines ! Toutes nos cellules, tous nos tissus ont besoin d’être correctement nourris. En matière de jambes lourdes, plusieurs objectifs sont en ligne de mire : d’abord, perdre un peu de poids si c’est nécessaire. Pas question de régime, juste d’un rééquilibrage alimentaire faisant la part belle aux fruits et légumes frais. Ensuite, les parois veineuses sont particulièrement fragiles vis-à-vis des radicaux libres et de l’oxydation silencieuse. Elles ont donc besoin d’un apport constant en anti-oxydants végétaux et en vitamines protectrices. Une alimentation saine et équilibrée, riche en végétaux, contribue à un bon transit. Or, la constipation accentue la stase veineuse dans le bas du corps. Un effet secondaire bénéfique. Cette alimentation permet aussi de prévenir l’excès d’acidité qui fait le lit de l’inflammation silencieuse. Intéressant surtout lorsqu’on a des varices.

En pratique, que conseillez-vous ?

Dr Rougier : Avant tout, il faut diminuer la consommation de sucre raffiné (et toutes les sucreries, pâtisseries industrielles et sodas) et préférer les céréales complètes ou semi-complètes. Ces sucres rapides font le lit à la fois du surpoids et de l’hyperacidité qui conduit à l’inflammation silencieuse. Remplacez la viande par de la volaille ou du poisson (au moins trois fois par semaine), moins acidifiants. Et surtout, augmentez votre consommation de fruits et légumes frais. Ce sont eux qui vous fourniront les nutriments et les anti-oxydants indispensables pour que vos parois veineuse conservent leur tonicité et leur souplesse. Un petit conseil : ce sont les nutriments qui donnent aux végétaux leur couleur. Le bêta-carotène les teinte d’orange, les anthocyanes de violet, le lycopène de rouge, les minéraux de vert foncé…  Alors variez les couleurs chaque jour, vous serez certain de couvrir tous vos besoins. Enfin, consommez des huiles crues (olive, colza, noix, sésame…) et des fruits secs (amandes, noix, noisettes…). Ces aliments vous fourniront les acides gras et la vitamine E dont votre système veineux a besoin. Pour compléter ces règles simples, prenez régulièrement un complément alimentaire à visée anti-oxydante (vitamines, minéraux, flavonoïdes…) et/ou circulatoire (plantes). Certains produits associent différents composants pour une action globale.

La détox fait-elle partie du programme ?

Dr Rougier : En augmentant votre consommation de fruits et légumes et en diminuant sucreries et viande rouge, vous offrirez déjà à votre corps une petite détox. En plus, buvez suffisamment d’eau (ou de tisanes) pour aider votre corps à éliminer les toxines qui l’encombrent. Comptez 8 verres (ou tasses) par jour, en plus de l’eau que vous buvez aux repas. Le thé est une excellente boisson en cas de jambes lourdes : non seulement il est diurétique et accélère l’élimination rénale, mais il renferme des substances qui protègent les parois veineuses. En revanche, allez-y doucement avec le café (pas plus de trois tasses par jour).

A chaque saison, faites une petite cure de légèreté en mangeant uniquement des fruits et légumes de saison, non assaisonnés, pendant deux ou trois jours. Cette détox est également intéressante pour améliorer votre circulation lymphatique et éviter l’œdème des chevilles.

 

Une note pour conclure

J’espère sincèrement que ces solutions créatives, astucieuses et naturelles pour soulager vos douleurs et lourdeurs au niveau des jambes vous seront précieuses.

 

Nous avons aussi eu l’occasion du complément alimentaire naturel, Actinutrition® Jambes Légères pour améliorer la circulation sanguine et de contribuer au fonctionnement normal des vaisseaux sanguins. J’espère que vous aurez l’occasion de le tester car j’ai pu moi-même l’essayer et il m’a grandement soulagé.

 

Je ne veux pas vous faire croire qu’il s’agit d’un produit-miracle (ce n’est pas mon genre) mais juste vous engager à vous orienter vers un traitement naturel. Il peut vous faire beaucoup de bien grâce à des composants actifs qui ont une excellente réputation : vigne rouge, baies de sureau, acérola, etc.

 

Par ailleurs, gardez toujours à l’esprit comme le signale le Dr Rougier dans l’interview qu’une alimentation saine, variée et équilibrée reste le point de départ indispensable pour réduire l’inconfort veineux. Vous pouvez ajouter la pratique d’une activité sportive régulière.

 

Je vous remercie pour toute l’attention que vous nous portez chaque mois et je vous engage à ne pas manquer notre prochaine newsletter, surtout si vous êtes souvent en panne d’aspirine, de codéine, de voltarène, etc.

 

Nous avons choisi de parler des antidouleurs naturels les plus efficaces ! Vous allez découvrir avec ravissement que vous pouvez remplacer avantageusement certains de vos médicaments chimiques par des plantes et des aliments bons pour votre santé. A bientôt.

Bien à vous,

Philippe Monteiro Da Rocha

PS : Les produits que nous recommandons sont sélectionnés selon des critères stricts de composition, d’ingrédients et de qualité de fabrication.


Webinaires ACTInutrition

Vous pouvez revoir tous nos webinaires détox, minceur et santé  en vous abonnant à notre chaîne YouTube ici.

Et surtout, cliquez-ICI pour participer au prochain webinaire :

240_f_33270897_ftph235hvvrxiwhdr2kfzi4ohuzjqirw

Pour être sûr de ne pas rater le prochain webinaire avec le Dr Rougier, suivez-nous sur Facebook.

>> Retrouvez tous nos webinaires : Les Webinaires en direct d’ACTInutrition


Les informations de cette lettre d’information sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de cette lettre, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être. L’éditeur n’est pas un fournisseur de soins médicaux homologués. L’éditeur de cette lettre d’information ne pratique à aucun titre la médecine lui-même, ni aucune autre profession thérapeutique, et s’interdit formellement d’entrer dans une relation de praticien de santé vis-à-vis de malades avec ses lecteurs. Aucune des informations ou de produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s