Accueil Nutrition Comment bien gérer les 7 aliments incontournables de vos repas de Noël...

Comment bien gérer les 7 aliments incontournables de vos repas de Noël ?

Pour le réveillon, 90% des Français resteront fidèles aux plats et aliments traditionnels des repas de Noël. Dinde, huîtres, foie gras, saumon… Vous n’y échapperez pas. Mais l’avantage que vous aurez sur les autres, c’est que vous aurez appris les bons trucs pour bien les consommer.

Plusieurs semaines avant Noël, la plupart des Français se demandent déjà ce qu’on trouvera au menu. Certains y consacrent même une bonne partie de leur temps. Cela peut constituer un véritable casse-tête dans la mesure où on veut faire un repas de réveillon différent du précédent, tout en respectant la tradition des aliments de Noël.

Outre le caractère festif des aliments de Noël, ceux-ci ont de vrais atouts nutritionnels si l’on sait les consommer avec raison et (une certaine) modération. Sinon, gare à l’indigestion !

Le choix du menu de Noël touche donc la santé et on peut bien se régaler les papilles de mets somptueux tout en respectant certaines règles utiles pour l’organisme. Voici la bonne approche pour savourer 7 aliments de Noël sans conséquence facheuses.

1- Le foie gras, l’incontournable des repas de Noël

En 2017, les Français ont consommé plus de 13.000 tonnes de foie gras, en majorité pendant les fêtes de fin d’année (94% de canard contre seulement 6% d’oie). Ce mets est obtenu à la suite du gavage des oies ou des canards, ce qui pose à certains un problème éthique. Les autres, ceux qui continuent à en manger, consomment donc des foies « malades » qui, comme leur nom l’indique, contiennent beaucoup de matières grasses.

Le foie gras est un aliment très énergétique (440 calories pour 100 g), mais ses graisses sont en majorité insaturées (environ 60%). Or, si les graisses saturées sont préjudiciables à la santé de nos artères, les insaturées sont plutôt protectrices.

Les acides gras du foie gras sont, plus exactement, mono-insaturés, comme ceux de l’huile d’olive en partie responsable des bienfaits du régime méditerranéen. Vous n’avez donc pas grand-chose à craindre du foie gras, à condition de ne pas en abuser.

En pratique : le foie gras se sert généralement en entrée, à raison d’une ou deux tranches par personne. Cela représente environ 50 g  par portion. Dégustez-le avec des petites tartines de pain grillé tiède. Si le repas de Noël prévoit ensuite viande, volaille ou poisson, restez sobre avec le foie gras et contentez-vous d’une petite tranche afin d’éviter le surplus d’aliments d’origine animale.

2- Les huîtres

Même si elles se consomment pendant une grande partie de l’année, les huîtres font partie des plats incontournables des fêtes. Et c’est tant mieux, car elles n’ont que des qualités. C’est un aliment complet, riche en nutriments variés, peu gras, peu calorique, très digeste.

Un must pour les soirs de fête !Les protéines des huîtres sont d’excellente qualité. Dans la chair de ce coquillage, elles cohabitent avec un peu de matières grasses insaturées (bénéfiques pour les artères et le cerveau).

Aussi, quelques vitamines du groupe B, et un large éventail de minéraux très utiles : du calcium, du fer, du cuivre, du manganèse, du potassium, du phosphore, de l’iode, du sélénium… Ainsi que du zinc en quantité importante. Ce dernier est essentiel à l’immunité, à la fertilité, à la régulation du cholestérol, à la protection contre le stress… Entre autres.

En pratique : choisissez les huîtres comme vous les aimez. Creuses ou plates, claires ou laiteuses, toutes ont des vertus proches. Dégustez-les avec un peu de pain de seigle légèrement beurré, après les avoir arrosées d’un jus de citron ou d’un peu de vinaigre à l’échalote.

Elles peuvent aussi se servir chaudes, farcies et légèrement gratinées au four. Dans un cas comme dans l’autre, veillez à ne pas abuser des à-côtés (beurre, pain, farce…). Les huîtres elles-mêmes ne vous feront aucun mal, mais attention à garder un peu de place pour la suite du repas de Noël .


Actinutrition vous offre gratuitement
101 aliments santé pour perdre du poids sans restriction

– Déclenchez votre perte de poids,
– Réduisez votre tour de taille,
– Luttez contre la cellulite,
– Apprenez à reconnaître les aliments les plus sains.
Demandez votre livre-cadeau


3- Le saumon

Frais ou fumé, le saumon fait partie des poissons gras, très riches en acides gras insaturés bénéfiques et en protéines de bonne qualité. En soi, c’est un bon aliment, très digeste. Ce poisson fournit également à l’organisme une foule de micronutriments indispensables (magnésium, calcium, zinc, fer, potassium, phosphore, cuivre, sélénium, vitamine B12, vitamine D…). C’est un excellent aliment.

Bien que transformé par sa préparation, le saumon fumé reste digeste. Mais il contient davantage de sel que le frais. En outre, le fumage le nappe de particules aromatiques potentiellement cancérigènes. Enfin, il est plus acidifiant que le saumon frais. Alors n’en abusez pas.

En pratique : il est rare, de nos jours, de trouver du saumon sauvage sur les étals des poissonneries. Ce sont généralement des poissons d’élevage. Mais les conditions sanitaires sont suffisamment strictes pour que leur chair soit de bonne qualité. Si vous avez le choix, préférez un tartare de saumon frais ou un filet vapeur, plutôt que du saumon fumé.

Si vous appréciez vraiment ce dernier, choisissez-le de bonne qualité, car les saumons fumés bas de gamme risquent  de contenir des substances aromatiques chimiques très préjudiciables à votre santé. Dans tous les cas, ayez la main légère sur le pain beurré (saumon fumé), la mayonnaise (saumon vapeur) ou la sauce qui l’accompagne. Ce sont eux les vrais ennemis !

4- Le caviar et les œufs de poisson

Entre le bon caviar et les simples œufs de lompe, il y a une énorme différence gustative et pécuniaire. Tous sont pourtant préparés de la même façon : on prélève les ovaires des femelles, on récupère les œufs, on les rince, puis on les sale afin de les conserver.

C’est la variété de poisson qui fait toute la différence. Le caviar est préparé avec des œufs d’esturgeon. Les autres œufs portent le nom du poisson dont ils sont extraits : œufs de lompe, de saumon, de truite…

Les œufs de poisson apportent de bonnes protéines et des acides gras Oméga 3 dont notre alimentation est souvent carencée. Le seul problème : ils fournissent beaucoup de sel. Veillez à ne pas trop saler les autres plats du repas de Noël.

En pratique : les œufs de poisson bas de gamme sont teintés avec des colorants chimiques (comme les œufs de lompe rouges). Il vaut mieux les éviter. Si vous n’avez pas les moyens de vous offrir du vrai caviar (il est très cher !), tournez-vous plutôt vers les œufs de truite ou de saumon.

Les œufs de poisson se mangent avec du pain de mie grillé légèrement beurré, ou avec des blinis et un peu de crème fraîche. N’abusez pas de ces accompagnements.

https://blog.actinutrition.fr/2018/12/06/lettre-dinformation-26-20-bonnes-idees-pour-passer-les-fetes-sans-embuches/

5- La dinde

Ce gros volatile est un incontournable des tables de Noël. La dinde au marron est une tradition à laquelle certains ne dérogeraient pour rien au monde. Ils ont raison, car la dinde est une viande peu grasse, qui fournit d’excellentes protéines et un peu d’acides gras insaturés.

Sa chair apporte des vitamines, minéraux et oligo-éléments variés, mais en petite quantité (calcium, magnésium, fer, cuivre, vitamines du groupe B…).Une fois encore, c’est la manière de la cuisiner qui risque de vous poser des problèmes, ainsi que l’accompagnement (farce aux marrons, pommes de terre sautées…). Gardez, là encore, la main légère !

En pratique : les dindes issues de l’élevage intensif sont très grosses. Elles sont généralement vendues à la découpe dans les rayons des supermarchés. Leur contenu nutritionnel n’est pas idéal.

Heureusement, pour les repas de Noël, on cuisine plutôt des animaux entiers, moins volumineux et plus riches sur le plan nutritionnel. La dinde étant peu grasse, elle supporte d’être rôtie au four avec du beurre ou de l’huile. Mais évitez de l’arroser trop abondamment avec le jus de cuisson.

Recette de Farce pour volailles de Noël par 750g

6- Le chocolat, le dessert des repas de Noël

Les  vertus nutritionnelles du chocolat ne sont un secret pour personne. A une condition : manger du chocolat noir à au moins 70% de cacao. Les bouchées au chocolat, caractéristiques de la période des fêtes, sont généralement bourrées de sucre et de lait ou de crème.

Pourtant, le cacao a beaucoup à nous offrir. Le chocolat noir contient un large éventail de micronutriments : magnésium, calcium, potassium, phosphore, fer, cuivre

Il renferme aussi beaucoup de substances antioxydantes, dont de précieux flavonoïdes qui protègent l’organisme contre l’agression des radicaux libres. Le cacao apporte aussi des acides gras insaturés très bénéfiques. Alors ne vous en privez pas, mais apprenez à bien choisir vos chocolats.

En pratique : après un repas abondant et arrosé, qui s’est terminé par un dessert gras et sucré, mieux vaut vous abstenir de grignoter des chocolats. Si vous désirez vous faire plaisir, prenez les devants et ne mangez pas trop de gâteau avant. Et choisissez des bouchées de chocolat noir, de bonne qualité, fourrés ni de crème ni d’alcool.


Transit ACE pour faciliter le transit intestinal

Cliquez ici pour en savoir plus


7- Le champagne

Difficile d’imaginer un repas de Noël sans cette boisson pétillante, à la belle robe jaune pâle. Pour une boisson alcoolisée, le champagne ne se défend pas si mal sur le plan nutritionnel. Il renferme des antioxydants et des minéraux à foison (magnésium, potassium, zinc, cuivre, fer…).

Le champagne est diurétique et légèrement laxatif, de quoi faciliter l’élimination des déchets et des toxines. Il a un effet euphorisant, à condition de ne pas être consommé en trop  grande quantité car c’est alors son effet hypnotique qui prend le dessus. En prime, il est moins calorique que la plupart des vins. Que demander de plus ?

En pratique : le seul problème du champagne, c’est qu’il contient de l’alcool. Alors n’en abusez pas. Dégustez-le tranquillement, avec modération : ne dépassez pas 4 ou 5 flûtes au cours de la soirée si c’est votre seule boisson alcoolisée, ou 2 flûtes si vous buvez du vin au repas.

Et prenez votre temps, de manière à ce que votre organisme gère l’apport en alcool au fur et à mesure. Dans l’idéal, il doit être servi frais mais non glacé (autour de 9°). Évitez, cette fois encore, les champagnes bas de gamme, souvent très acides et plus difficiles à digérer.

La consommation des aliments pendant les fêtes doit être raisonnée pour ne pas saturer l’organisme de repas qui lui seront difficiles à digérer.

Quels mets adopterez-vous  pour la fête de Noël ? Dites-le nous dans les commentaires.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Populaire

Le Top 10 des plantes ayurvédiques (infographie)

Pratiquée en Inde depuis plus de 3000 ans, la médecine traditionnelle ayurvédique utilise les propriétés médicinales de nombreuses plantes. Celles-ci ont des vertus reconnues pour tous les types d'affections : immunité, mémoire, digestion, douleurs... Voici notre top 10 des plantes ayurvédiques à connaître.

L’hamamélis pour soulager les jambes lourdes

Réputé pour son efficacité à soulager les jambes lourdes ou les soucis d'hémorroïdes, l'hamamélis est également un bon remède contre les problèmes gynécologiques et les irritations de la peau. Zoom sur les utilisations possibles et les nombreux bienfaits de l'hamamélis.

Plantes anti stress : 10 grandes classiques de la phytothérapie

Crise d’anxiété, de stress ou de nervosité… Les médecines douces peuvent nous aider à prévenir ou soigner certains de nos maux quotidiens. Grâce à leurs principes actifs, certaines plantes anti stress ont la capacité de nous apaiser et d’augmenter les résistances naturelles de notre organisme face au stress.

Nectarine ou brugnon, comment faire la différence ? (infographie)

Appréciée pour sa saveur douce et sucrée, la nectarine est un vrai fruit d’été, plein de vitamines et d’antioxydants. Bénéfique pour la santé et la beauté, elle apporte de la fraîcheur et du plaisir. Comme le brugnon, son très proche cousin, la nectarine regorge de bienfaits comme vous allez le constater.

Suivez nous

9,279FansJ'aime
2,812SuiveursSuivre
452SuiveursSuivre
1,290SuiveursSuivre
875SuiveursSuivre
17,199AbonnésS'abonner