Comment le cerveau aide à maigrir ?

Comment utiliser son cerveau pour maigrir ?

Perdre du poids, ça ne se passe pas forcément et uniquement dans l’assiette. Tant qu’on se focalise sur l’alimentation, on ne peut pas rétablir l’équilibre dont le corps a besoin pour retrouver son juste poids. C’est une certitude : le cerveau est indispensable pour maigrir ! 

Les neurosciences décrivent scientifiquement l’homme comme un être global au sein duquel le corps, le mental et les émotions sont en interaction permanente. Pour maigrir, il faut tenir compte de l’individu dans son entièreté, car aucun régime ne peut donner de résultats durables tant que l’alimentation reste la préoccupation majeure.

En France, 56 % d’hommes et 41 % de femmes sont en surcharge pondérale (surpoids ou obésité). Et selon l’Inserm, 70% des femmes (et un homme sur deux) aimeraient perdre du poids.

Toute l’attention est focalisée sur l’alimentation et les dépenses énergétiques. Mais, la minceur n’est pas seulement une question de système digestif, de métabolisme alimentaire et de choix nutritionnels.

Les découvertes récentes des neurosciences ont permis de comprendre que les émotions mal gérées, l’excès de stress, les pensées obsédantes… interfèrent à la fois avec le comportement alimentaire et le métabolisme.

Pour perdre les kilos accumulés au fil du temps, il faut se tourner non seulement vers l’alimentation mais aussi le système nerveux, le mental et les émotions.

Ainsi, chaque aliment qu’on porte à la bouche est sous l’influence d’un scénario complexe qui se déroule dans la boîte crânienne. Il faut d’abord rééduquer son cerveau, et ensuite reprogrammer son juste poids afin que l’organisme s’adapte naturellement à ces nouvelles données. Pour que le cerveau aide à maigrir, il faut agir sur les 5 facteurs du Vivant.

On peut vaincre le surpoids sans prise de tête, sans interdit, ni restriction. Maigrir grâce au cerveau peut se faire en 2 temps :

  • D’abord une première période d’une dizaine de jours pendant laquelle on va oublier sa manière de manger et se concentrer sur les facteurs psycho-émotionnels.
  • Et ensuite, une fois que le cerveau aura « recalé » le poids de forme, on suit quelques règles alimentaires simples (qui n’ont rien d’un régime restrictif), associées à quelques gestes détox, qui suffiront pour faire fondre les kilos superflus.

Phase 1 : Rééduquer son cerveau-minceur

Entendons-nous bien : c’est la synergie entre les 5 outils correspondant aux 5 facteurs du Vivant qui permet de perdre du poids de manière durable, sans efforts, fatigue ni déprime. A terme, vous agirez donc simultanément sur ces cinq tableaux. 

Cependant, pendant une première phase d’une dizaine de jours, vous commencerez par mettre en œuvre les trois outils qui interfèrent le plus avec l’équilibre psycho-émotionnel. Une fois l’équilibre neuro-psycho-émotionnel rétabli, vous pourrez penser au contenu de votre assiette.

Pendant cette première phase, vous allez vous concentrer sur trois outils, que vous intégrerez  votre quotidien : la respiration, la relaxation et la gestion des émotions.

Apprendre à mieux respirer

Les exercices de respiration permettent d’améliorer l’oxygénation cellulaire, de lutter contre le stress et de rééquilibrer la production de certains neurotransmetteurs cérébraux responsables des « coups de pompe » et des « fausses faims ».

La respiration est la plus vitale de nos fonctions : si nous pouvons résister quelques semaines sans manger et quelques jours sans boire, nous ne survivons pas plus de quelques minutes sans respirer. L’air est notre premier aliment.

En outre, c’est la seule de nos fonctions qui soit à la fois inconsciente (nous respirons sans y penser, même pendant notre sommeil) et consciente (nous pouvons facilement modifier notre respiration juste en le décidant).

Cette particularité est très importante en matière de stress. Car il suffit respirer plus profondément et plus lentement pendant quelques minutes pour que la tension nerveuse s’apaise. Or, nous savons que le stress déséquilibre le métabolisme (ce qui favorise le stockage) et qu’il produit les « fausses faims » (ces pulsions alimentaires qui ne sont pas dictées par le besoin de nourriture).

Pratiquer la relaxation

Les exercices de relaxation permettent de juguler la ronde obsédante de pensées négatives qui entretiennent le stress. La relaxation permet également d’influencer le métabolisme afin de favoriser le déstockage graisseux. Enfin, elle aide à harmoniser le schéma corporel inscrit dans le cerveau afin de remodeler mentalement les zones qui en ont besoin.

Si, au cours d’une séance de relaxation, vous focalisez votre attention sur vos sensations corporelles de manière à les transformer, vous enverrez à votre cerveau des messages positifs qui, progressivement, le conduiront à améliorer son équilibre métabolique interne. Ce sera autant de gagné pour maigrir avec le cerveau.


Light & Capt  pour vous aider à mincir

Light & Capt est un complément alimentaire à base de plantes (dont la gomme de caroube et le curcuma) qui réduit l’appétit, les sensations de faim et les excès alimentaires compulsifs.

Light & Capt  pour vous aider à mincir

Cliquez ici pour en savoir plus


Améliorer sa gestion émotionnelle

Les neurosciences ont permis de mieux comprendre la manière dont les émotions se traduisent d’abord dans notre cerveau, puis dans notre corps tout entier.

En fait, nos émotions se placent au confluent du corps et du psychisme. Elles naissent dans le corps (la peur crée une boule dans le ventre, la colère fait monter le sang au visage…), avant d’être décryptées par le cerveau. Ensuite, celui-ci envoie des ordres à l’organisme afin qu’il réagisse à la situation de manière adaptée.

Nos émotions créent ainsi un aller-retour permanent entre notre organisme et notre cerveau, lequel influence le ballet des neurotransmetteurs et la ronde des sécrétions hormonales.

Pour éviter ces effets pervers qui favorisent le surpoids, il faut apprendre à mieux gérer ses émotions. Le problème vient du fait que la plupart du temps, elles nous submergent au point que nous avons du mal à y réagir de manière apaisée.

En ramenant chaque jour de la joie là où il y avait de la colère ou de la peur, les pratiques psycho-émotionnelles permettent de remettre de l’ordre là où régnait le désordre. Ainsi, votre cerveau vous aidera à maigrir facilement.

Il vous suffira d’une dizaine de jours pour que vos exercices quotidiens de respiration, de relaxation et de gestion émotionnelle débarrassent votre cerveau de toutes les influences négatives qui l’avaient conduit à enregistrer un poids trop élevé. Alors soyez patient…

Reprogrammer son cerveau pour mincirFood’Joie

Phase 2 : détox et coup de fourchette !

Au bout de dix jours, vous pourrez passer à la phase 2 en intégrant à votre programme, outre les exercices auxquels vous êtes habitué, quelques gestes détox et un léger réglage alimentaire. Nous y arrivons ! Mais cela n’aura rien d’un régime restrictif, rassurez-vous.

A présent, votre cerveau a commencé à modifier la perception qu’il a de votre juste poids. Tous vos efforts alimentaires porteront donc leurs fruits. Vous pourrez faire durer cette seconde phase aussi longtemps que vous en ressentirez le besoin, jusqu’à ce que vous ayez atteint votre poids de forme, et même au-delà. Car tous ces gestes sont bénéfiques à votre santé et à votre équilibre psycho-émotionnel, bien au-delà de la perte de poids. Alors ne vous en privez pas, votre cerveau peut vous permettre de maigrir…

Pour l’heure, prenez ces quelques habitudes. Intégrez à votre programme quotidien quelques gestes détox. La détox en elle-même ne suffit pas pour maigrir. Mais elle constitue l’un des 5 piliers de votre programme minceur.

L’accumulation des toxines dans l’organisme finit par perturber le métabolisme, le ralentir, le rendre moins efficace. Or, en matière d’assimilation nutritionnelle, tout ce qui n’est pas utilisé est stocké. Les gestes détox principaux visent à soutenir l’activité de nos organes

  • Le foie (éboueur de l’organisme),
  • Les reins (élimination liquide)
  • Les intestins (évacuation des déchets alimentaires).

Pour cela, vous pouvez faire confiance aux :

  • Aliments drainants (les asperges pour les reins, l’artichaut pour le foie, le pruneau pour l’intestin…)
  • Plantes comme l’orthosiphon ou la piloselle pour les reins, le boldo ou le radis noir pour le foie, l’anis vert ou le fenouil pour l’intestin).

Apprendre à composer ses repas

Au centre du dispositif de prise et de perte de poids se trouve une hormone majeure : l’insuline. Elle est produite par le pancréas à chaque fois que nous absorbons un aliment, afin de réguler le taux de sucre qui passe dans le sang. Tous les aliments produisent une décharge insulinique, mais celle-ci va de « très faible » à « très importante » selon leur composition.

Plus un aliment est riche en glucides (sucres), plus il entraîne une décharge insulinique importante. Or, l’insuline est l’ennemie n° 1 de la minceur. Produite en trop grande quantité (en cas d’alimentation trop glucidique) ou trop souvent (en cas de grignotage), elle finit par dérégler le métabolisme. Elle crée des « fausses faims » réactionnelles et favorise le sur-stockage dans les cellules graisseuses. En plus, comme elle est très économe, elle s’oppose au déstockage.

Outre l’excès de poids, ces phénomènes conduisent à des états de fatigue, de déprime… C’est pourquoi, au-delà de la perte pondérale, il est conseillé de surveiller l’impact de ce qu’on mange sur la production d’insuline.

Pour nous aider dans cette tâche, les chercheurs ont d’abord mis au point les index glycémiques (IG), qui déterminent l’impact de chaque aliment sur la production d’insuline. Avec son équipe, le Dr Rougier a poussé la recherche plus loin en créant un nouvel indice, plus complet : le Slim-Data. Cet indice détermine la « force de stockage » des aliments.

Imprimez le tableau complet des Slim-Data et affichez-le dans votre cuisine. Vous pourrez ainsi, chaque jour, prendre l’habitude d’organiser vos repas de manière à limiter leur force de stockage. C’est simple, facile et très efficace !

Surveiller son équilibre acido-basique

Notre alimentation a un  impact sur le degré d’acidité de notre milieu intérieur. Notre corps est composé à près de 70% d’eau. Celle-ci est présente à l’intérieur de nos cellules, mais aussi dans le liquide interstitiel où elles baignent, et dans nos liquides organiques (sang, lymphe…).

Lorsque ces liquides deviennent trop acides, cela entraîne un état de micro-inflammation latente qui favorise le stockage graisseux et les amas cellulitiques.

L’excès d’acidité a bien d’autres effets négatifs. Il favorise le vieillissement cellulaire, les douleurs articulaires, la fatigue…  Alors autant s’en protéger. Pour cela, il suffit de privilégier, dans l’alimentation quotidienne, les aliments alcalinisants, et de diminuer les aliments acidifiants ; ainsi votre cerveau vous aidera à maigrir.

Pour rappel :

  • Les aliments alcalinisants : les fruits et légumes frais.
  • Les aliments acidifiants : les protéines animales (surtout la viande rouge), les céréales et les sucres (surtout raffinés).
  • Les aliments neutres : les matières grasses et les laitages frais.

Tant que vous investirez toute votre énergie et votre motivation dans le contrôle de votre alimentation, et lui seul, vous ne réussirez pas à restaurer l’équilibre rompu. Il convient donc de mieux respirer, de stimuler l’élimination des déchets, de penser de manière plus sereine, de gérer plus efficacement ses émotions, et enfin de mieux manger. Oui, on peut utiliser son cerveau pour maigrir !


Actinutrition vous offre gratuitement

101 recettes minceur


– Perdez du poids de façon continue et durable,
– Les conseils nutritionnels de notre expert,
– Plein de recettes pour composer des menus variés,
– Un catalogue de produits minceur pour vous aider.
Demandez votre livre-cadeau


Liens utiles :

Nos derniers articles sur la minceur :



Facebook Comments
Fiche de synthèse
Comment utiliser son cerveau pour maigrir ?
Titre
Comment utiliser son cerveau pour maigrir ?
Description
Perdre du poids, ça ne se passe pas forcément et uniquement dans l'assiette. Tant qu'on se focalise sur l'alimentation, on ne peut pas rétablir l’équilibre dont le corps a besoin pour retrouver son juste poids. C'est une certitude : le cerveau est indispensable pour maigrir !
Auteur
Editeur
Logo

Postez votre commentaire